CASSE TOI CASTEL VIN!

Merci de liker

Pourquoi aujourd’hui, le vigneron artisan est plus fort que les CGBA’s de la filière comme castel dans le monde du vin?

c’est quoi que j’appelle les CGBA’s? A l’instar des GAFA’s que vous connaissez bien, les CGBA ne sont autres que Castel, Grands chais de France, Boisset et Advini. Les 4 plus gros négociants de vin en France.

castel

Dotés de capacités volumiques phénoménales, ces géants du vin ont aussi des flottes commerciales pharaoniques. Ils vont diffuser leurs produits dans tous les points de vente de France et du monde entier. Loin de vouloir faire un article jugeant leurs démarches qualitatives ou commerciales, je cherche ici à démontrer que face à eux, un vigneron isolé peut « sur-performer ». Mieux, être bien plus rentable avec une stratégie digitale mûrement réfléchie.

Meilleur que Castel dans le monde du vin?

Tout simplement parce qu’aujourd’hui, travailler sa stratégie de développement sur le web est simple lorsque l’on est une petite structure. Elle ne nécessite pas de gros investissements. Même si malgré tout les heures de travail sont à prévoir. Elle peut s’avérer extrêmement payante à court, moyen et surtout long terme, là où ces structures sont sclérosées par la hiérarchie.Elles savent être à la pointe des tendances mais peinent à trouver un angle d’approche de la clientèle directe et être attractives. Le vin est un produit qui fédère les hommes et les femmes autour de lui. il doit être authentique. voilà la valeur ajoutée du vin de vigneron face aux CGBA!

Comment? En travaillant l’image du domaine évidement. Il y a tellement de choses à dire, sur les pratiques culturales, la vinification, l’engagement environnemental, la philosophie etc… Aujourd’hui une plateforme comme INSTAGRAM est IDEALE pour développer un Branding bien léché et ainsi toucher le public et l’amener à s’engager dans une relation commerciale avec vous. Parce que vous lui parlez directement ! Et ça c’est réalisable grâce aux automatiseurs de mails, aux chatbots, qui vont vous permettre de communiquer régulièrement avec vos prospects et de renforcer cette idée de proximité tout en conservant un discours très humain ( ça c’est du bon copywritting ).
Le tunnel de vente se met ainsi en place. Quand vous sentez que les personnes qui vous suivent, consomment vos contenus de marque, s’engagent sur vos publications, vous savez qu’elles sont prêtes à passer à l’action. Faites leur une offre ciblée ultra tentante. Une vague de chaleur inopinée? En deux clics l’offre est envoyée! C’est un exemple. Vous vous rendez compte de la réactivité dont vous bénéficiez face aux énormes rouleaux compresseurs COMME CASTEL dans le monde du vin qui mettent des semaines à établir un plan promotionnel.

Faites peur à castel !

Ceci n’est qu’un exemple. La puissance des outils webmarketing est aujourd’hui clairement au service des petits exploitants. il faut en prendre conscience et s’approprier ces outils.
Question : Pourquoi, lorsque la technologie permet une avancée significative dans les travaux viticoles ou oenologiques, tout le monde se rue dessus et quand on propose la même chose dans la partie commerciale, tout le monde rechigne? vous avez une réponse? Non? Moi oui. Parce que le terme webmarketing est clivant, pas flatteur, limite arrogant. Et je le conçois (allez lire cet article pour changer d’avis). Un comble pour des gens sensés avoir un tempérament vendeur. Mais tout évolue. Et je suis sûre qu’avec un peu de pédagogie de tous les côtés, la filière vin dans son ensemble et les webmarketeurs ( beurk ) réussiront le mariage. Celui qui fera de notre fleuron national qui est la viticulture un modèle de transition économique!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *