Vendre son vin en automatique sur internet:5 pts rapides!

Merci de liker

Vigneron.ne, quand vous pensez au temps que vous passez à trouver des clients, vous vous dites que vendre du vin en automatique sur internet, ça semble une promesse bien trop ambitieuse. Pourtant, avec un peu de réflexion et de technique c’est largement envisageable. Voici les techniques.

1- vendre son vin en automatique sur internet, ça veut dire quoi?

vendre-vin-automatique-internet

On parle beaucoup aujourd’hui d’intelligence artificielle. Ces programmes bodybuildés, aux capacités de déduction défiant les limites de nos croyances, capables de battre nos maîtres d’échec, ou de Go. Ce sont avant tout des programmes, à qui l’homme a offert la possibilité de faire des choix. Selon des probabilités de réponse. Et qui ont développé une capacité à gérer la nuance.

Je vous rassure, ici nous ne débattrons pas de ce sujet, mais je voulais vous faire part de votre capacité à utiliser vos outils pour déléguer une partie assez ingrate de votre travail: La relance client.

2- Les outils nécessaires

Aujourd’hui, vous avez la possibilité de suivre le parcours de vos clients sur votre site de vente en ligne, de savoir quelle page ils ont visité. Jusqu’au panier qu’ils auront laissé plein, sans aller jusqu’à l’achat.

Pour pouvoir optimiser vos achats sur votre site, vous aurez donc besoin:

  • d’une extension « boutique » sur votre site
  • d’un autorépondeur, comme mailchimp, cliquez sur le lien pour aller voir ! C’est en anglais mais traduit si vous avez Google Chrome.
  • des adresses e-mail de vos clients,
  • d’un outil de suivi facebook et de Google Analytics. Allez voir l’infographie que j’ai déjà réalisé pour mieux comprendre de quoi je parle ici.

Oui, c’est un article qui s’adresse à une catégorie « avancée » de vignerons mais si vous êtes curieux, restez, je vais faire simple.

3- Le concept pour vendre votre vin en automatique sur internet

L’idée c’est de suivre le comportement d’un visiteur sur votre site et de pouvoir communiquer avec lui lorsqu’il ne va pas jusqu’au bout du processus de commande de vos vins.

Comme dans un schéma de relation commercial classique, vous allez anticiper les objections tout le long du parcours de votre client et chercher la réponse appropriée pour lever le problème et ainsi lui permettre de finir son achat.

Cela nécessite une certaine dose de réflexion en amont. Il y a un avantage non négligeable. Une fois que le système est implémenté, il est automatique. Les choses se font toutes seules!

4- Vendre son vin en automatique via les régies publicitaires: Facebook et Google

Vos indicateurs comme Pixel Facebook ou Google Analytics vont vous renseigner sur le trafic généré par vos pages et connaissent vos utilisateurs. Si vous n’êtes pas familiers avec ces outils, sachez que Facebook et Google sont capables de savoir qui vient sur quelle page de votre site. Vous n’aurez jamais accès aux données personnelles des utilisateurs, mais vous pourrez demander aux plateformes de vous créer des « audiences » (un groupe de personnes répondant à une action spécifique). Cela vous permettra de faire des publications ciblées vers ces personnes en fonction de l’endroit où elles se sont arrêté dans le parcours client. Ainsi vous relancerez leur intérêt pour acheter vos vins.

Il faut savoir qu’il existe énormément de facteurs qui peuvent arrêter un client dans son acte d’achat de vin sur internet. Un enfant qui pleure, une visite impromptue, un coup de téléphone du bureau etc… Tous les gens qui ne terminent pas leur panier ne sont pas systématiquement des « non-consommateurs ». D’où l’intérêt de les relancer.

Les régies publicitaires comme Facebook ou Google sont puissantes pour vous aider à relancer vos clients … Mais elles ont un prix. Bien maîtriser vos coûts de relance par rapport au bénéfice qu’un client peut vous apporter est une donnée importante à prendre en compte. Nous en reparlerons ensemble bientôt.

5- La relance par e-mail: Gratuite mais plus fastidieuse

Il existe une autre solution que les réseaux sociaux. Une vraie manne financière, beaucoup trop sous estimée: l’adresse e-mail.

Vos prospects ou clients peuvent très facilement vous donner leur adresse e-mail, lors de salons ou de visites à la propriété. Mais vous ne les exploitez surement pas correctement.

Aujourd’hui l’e-mail est lu par beaucoup plus de personnes que l’on ne croit. Surtout quand il provient de son vigneron préféré.

Il vous arrivera d’envoyer vos prospects vers une page article de votre boutique. Pour une offre spéciale par exemple.

Grace à un autorépondeur, comme celui dont je vous parlais plus haut, Mailchimp, vous pourrez donc suivre les ouvertures d’e-mail en temps réel mais aussi savoir si les prospects ont cliqué sur le lien de la page article. Par exemple, dans l’e-mail, vous collez le lien de la page article du produit que vous souhaitez vendre.

Et c’est là que la stratégie prend son sens. Attention, c’est aussi beaucoup de réflexion.

Vous pouvez savoir si vos prospects ont cliqué ou non sur votre lien. Si oui, tant mieux, ils sont allé sur votre page article. Si non, alors vous pouvez leur envoyer, en automatique à une date programmée (pourquoi pas un jour ou deux après) un nouvel e-mail leur demandant pourquoi ils n’ont pas fait le choix d’aller sur votre page article. L’art de l’écriture doit être pris en compte, vous ne devez jamais paraître agressif ou intrusif, toujours avec bienveillance. Mais souvent, vous verrez que vous relancerez l’intérêt. Pour les mêmes raisons que citées plus haut. Souvent vos prospects ne sont pas dans les bonnes dispositions.

Ils sont peut être allé sur votre page article, mais n’ont pas acheté. Qu’à cela ne tienne, vous aurez préparé un nouvel e-mail renouvelant l’intérêt antérieur qu’ils ont pu avoir pour votre produit, avec une promo exceptionnelle pourquoi pas.

Bref, il faut imaginer la totalité des éventualités. A chaque action de votre prospect correspondra un e-mail, envoyé automatiquement, pour vous aider à vendre.

En conclusion

Cet article n’a pas pour vocation à vous perdre dans la technique, juste à vous faire prendre conscience du potentiel que vous détenez. En tant que vigneron.ne, vous êtes légitime et c’est déjà une force exceptionnelle. il ne vous manque surement que peu de choses pour réussir à passer d’un modèle 100% traditionnel, à un modèle qui implique aussi la vente en ligne.

Je me mets à votre disposition pour vous aider à mieux envisager la vente en ligne, un univers trop peu exploité par les viticulteurs, qui progresse à deux chiffres depuis 10 ans, mais dont seuls les gros sites internet profitent, ce qui n’est pas normal!

Vous pouvez me contacter ici pour une réponse rapide à une question relative à cet article, ou vous pouvez aussi le commenter ou le partager à vos amis vignerons.nes.

A très bientôt.

julien Le vinfopreneur

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *